Green Book : Sur les routes du sud, on the road again

Je commence ce papier et une question me taraude. Green Book fait-il partit de ces films ayant profité de circonstances favorables et de la qualité de son lobby. Ou bien est-ce un de ses films qui vont vraiment rester en tête et laisser une trace durable. Les émotions qu’il a su susciter sont diverses. Si une grande partie du public semble en louer l’aspect feel good, une autre en a détesté avec virulence la complaisance qu’il peut dégager. Au-delà des qualités ou défauts réels que peut avoir un film, de plus en plus les questions sociétales prennent le pas. Tout se juge à l’aune d’une certaine morale, qui peut s’avérer fort changeante, et l’on en oublie qu’un film c’est aussi des images, du son, une mise en scène, des interprétations. Si le prisme sociétal, politique est un regard important à porter sur n’importe quelle œuvre, cela ne peut être l’unique baromètre définissant si un film est bon ou mauvais. Green Book est-il finalement un bon film à la morale douteuse.

(suite…)

Alita, Alita, elle danse tous les soirs….

Projet en gestation depuis une vingtaine d’années, Alita : Battle Angel se dévoile enfin à nos yeux transis d’amour. Un amour, qui avait pris une sévère douche froide, quand j’ai appris que Robert Rodriguez se retrouvait à la tête du projet. Sa filmographie, oscillant entre le grotesque et le laborieusement niais depuis une quinzaine d’années, mes espoirs en avaient pris un coup. Je n’appréciais pas outre mesure ses qualités de metteur en scène, mais son début de carrière à défaut d’être engageant parvenait assez souvent à être réjouissant. Le cœur plein d’allant, mais le doute chevillé à l’âme je pénétrais dans la salle 3 de mon cinéma préféré.

(suite…)

Fermer le menu