L’Empereur de Paris, démesure mesurée

Jean-François Richet, réalisateur plus qu’appréciable, revient en cette fin d’année avec un film d’époque. Et pas n’importe lequel, car celui-ci va s’intéresser à Vidocq. Vidocq, dont la dernière itération cinématographique m’a valu crise d’épilepsie et embarras gastrique. Venir après Pitof, c’est au moins l’assurance, de ne pouvoir que laisser un bien meilleur souvenir. L’histoire nous conte donc les pérégrinations de Vidocq. Légende des bas fonds, laissé pour mort suite à sa dernière évasion. Il va se retrouver accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis. Voulant laver son nom et gagner sa liberté il va proposer au directeur de la sureté une association. Il arrêtera la pègre contre sa grâce.

(suite…)

Fermer le menu