Premières Vacances, ennui poli mais avec le sourire

Une année qui commence à peine et me voila déjà prêt à prendre tous les risques. Nous sommes tout juste le 2 janvier, et me voilà déjà parti pour une comédie française, qui plus est une première réalisation. Patrick Cassir, totalement inconnu pour ma part, nous arrive sur grand écran avec une comédie romantique. Une comédie coécrite avec Camille Chanoux, sa compagne. Le film s’inspirerait plus ou moins de leur expérience personnelle, et du désir de son réalisateur de baser une comédie de couple sur leur première vacance en semble.

L’histoire démarre avec Ben et Marion, qui se rencontre pour la première fois via Tinder. Sur un coup de tête, Ben, va inviter Marion à partager des vacances. Se connaissant à peine ils vont devoir apprendre à se découvrir et à se supporter. Le film, bien que rempli de bonnes intentions, est un vrai robinet d’eau tiède. Assez classique dans sa narration, il ne se démarque pas de toutes les roms com qui l’ont précédée. Trois actes : rencontre, élément perturbateur, retrouvailles. Le tout n’étant pas aidé par une mise en scène assez plate dans l’ensemble.

Le cœur du film se situe dans le deuxième acte, celui qui doit être déclencheur de péripéties et de rire. Malheureusement, un gros manque de rythme et un manque de folie, empêchent le métrage de basculer vraiment dans la franche hilarité. Les acteurs, bien qu’assez attachants, et parfaitement en osmose, sont trop sage dans leur interprétation. Cassir hésite trop à appuyer certains effets, sa mise en scène parfois annonce trop le gag à venir ce qui en atténue les effets. Occasionnellement, il va trop s’appesantir sur certaines scènes. Une comédie c’est avant tout du rythme et le film semble en permanence chercher le sien.

La photo est assez agréable, chaque acte ayant sa propre touche. Il n’hésite pas à utiliser des gros plans qui mettent en valeur les paysages. Mais sa caméra est bien trop réservée, peu de mouvements, ou a de rares moments. La folie que semble suggérer le scénario n’est jamais totalement mise en image. On peut lui accorder le fait de ne pas prendre parti. Que se soit Ben, bourgeois appréciant le confort, et ne s’exilant que pour retrouver ses habitudes. Ou Marion, artiste bobo, désireuse de connaître l’envers des pays qu’elle visite, non sans faire preuve de condescendance.

Chacun se retrouvera face à ses propres contradictions, mais sans réelle remise en question. Selon votre facilité à rire, les deux premiers actes pourront vous apporter un certain plaisir. Mais sa conclusion, d’une lenteur impardonnable, et perdant le peu d’efficacité dont le film pouvait faire preuve, arrive comme un couperet. Ni drôle ni touchante, cette partie, finalement, ne laisse qu’un goût désagréable en bouche. Il n’y a rien de pire que de rater sa fin, surtout quand celle-ci dure 25 minutes et que ce qui précède n’apporte pas un contrepoint suffisant.

Une comédie qui pourra faire sourire, rire si vous êtes bon public. Mais bien trop sage dans son interprétation et sa mise en scène. Un premier film imparfait qui ne sait pas vraiment jouer de la rupture de ton pour déclencher le rire. E,t dont le manque de maîtrise de son rythme de narration, phagocyte certaines bonnes idées. Une comédie de plus, ni horrible, ni géniale, qui ne mérite pas forcément que l’on se déplace.


Date de sortie : 2 janvier 2019 (1h 42min)

Réalisé par : Patrick Cassir

Scénarisé par :  Patrick Cassir, Camille Chamoux

Direction de la photo : Yannick Ressigeac

Bande annonce :

Partage :
0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *